Patrick Blick Artiste Peintre

17 janvier 2010

ètilaèR euqitsatnaF ?

Je me présenMa_treRte... Chercheur dans la nuit des temps, voyageur ou vagabond de mon imaginaire, explorant les méandres de ma pensée. Passionné de fantastique, mes visions m'emportent au-delà de notre réalité, vers des univers incroyables, mais restant les pieds sur terre, cette terre vivante où je puise aussi mon inspiration.
Symboliste, surréaliste, mystique, chercheur d'imaginaire sans limite, confondant et confrontant mon abstraction pensée vis à vis du regard des autres sur les choses!?... Pour moi, la vie est mirifique...si admirable, si magnifique, presque incroyable, pour ceux qui savent l'apprécier sans la détruire!..

J'ai soixante deux ans en avril 2010, la peinture depuis toujours, mais c'est en 1969 première participation au Salon des Arts Plastiques de Bezons (prix des jeunes), puis en 1970 - 1er Prix de Peinture, nombreuses propositions non abouties par moi-même pour raison personnelle, mais je participe plus ou moins régulièrement aux expositions diverses des régions limitrophes, Sartrouville 1974, Vernon 1975, Herblay 1976, en 1978, je vais illustrer par une Exposition sur le thème bien sûr de la Semaine du cinéma Fantastique de Bezons, puis salon d'automne de Montma
gny 1984...
Mon travail régulier dans la publicité, va prendre une grande place dans ma vie pour obligations financières, car je ne veux pas vendre mes toiles, mais je continue mon oeuvre de recherche dans l'ombre...

Installé depuis 1988 dans l'Eure et Loir. C'est en 1998 que je reprend ma quête aux yeux de tous au "Grand St Martin" puis au Salon de Printemps à Ivry-la-Bataille. Prix du jury au XVè Salon des Artistes Contemporains de Bueil en 1999. Exposition d'Anet 28260 en 2000. Puis de nombreuses villes et villages alentours, Pacy-sur-Eure, Nonancourt, Saint-Rémy-sur-Avre, Saint Marcel, Chartres, La Loupe, St Eliph , région Drouaise et bien d'autres dans l'Eure et Loir, Yvelines, Eure...
Période
heureuse ou un peintre solitaire pouvait encore exposer sans se heurter aux associations divers d'aujourd'hui qui bloquent les invitations spontanées.
Ensuite le Marché de l'Art Bastille à Paris, Chimay en Belgique, Gorron et Ernée en Mayenne, Exposition personnelle à l'Hotel de ville de Châteauneuf en Thymerais, Portes Ouvertes à l'Atelier des Gâtines Rouges et ensuite ouverture d'un site : www.patrickblick.com, l'aventure continue...

Peintre créateur d'imaginaire, autodidacte, souvent classé d'atypique, d'hétéroclite, alors moi je passe mon chemin et mon horizon s'agrandit, restant un vaste terrain d'aventure, au plus profond de mon coeur, là ou est ma vérité...

Je vous salue et vous souhaite amour, humour et respect de l'humanité...

Posté par schmilblick à 15:17 - Commentaires [1] - Permalien [#]


15 février 2010

Méditation du marcheur!..

Oeuvres_46Tout commence par une simple ballade, un pied dans le passé, l'autre dans l'avenir. Sorte de méditation du randonneur...
L'esprit enivré d'air dans l'imaginaire, tout en racontant et recherchant l'enfance, l'adolescence et l'être du présent vivant son existence ordinaire de tous les jours.
Dans mon fort intérieur, je n'avais pas de but à part celui de bon vivant! Perdu dans le vague, l'impression d'être étranger dans mon propre corps!? Une vie en marge, en décalage avec le temps, comme dans un film ou une pièce de théâtre.
La nature et la réflexion m'ont appris à mieux me connaître, ne plus avoir peur du changement, peur de perdre quoi que ce soit. Se faire à toutes situations et j'ai découvert le rôle de ma vie, du moins la force de la vivre comme je l'entendais depuis longtemps.
Visite l'intérieur de la terre et en rectifiant tu trouveras la pierre ou le trésors caché... J'avais besoin de ce contact avec la nature, un vrai retour aux origines, caché dans le noir on entend l'univers, on entend son coeur battre, on n'entend plus la foule des mécréants... L'initiation à la renaissance commence, personne ne m'entend, mais je n'ai pas envi de crier, calme, plénitude, repos...
Vous allez voir plusieurs photos dans l'album, je ne peux pas toutes les présenter, des centaines de kilomètres sous terre... Je ne conseille à personne de s'enterrer vivant ainsi, c'est quand même dangereux!

Posté par schmilblick à 23:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 octobre 2010

La Séparation des Eaux...

IMG_0017L'homme néant habillé de noir, force pourpre, infrarouge, force intérieure des choses, force majeur, formant la Croix avec la femme onde couchée, sépare les Eaux d'avec les Eaux, formant le ciel et la terre symbolique.
Le Pantin de l'existence se soutient avec le TAU de survivance. Plusieurs explications ésotériques, mystiques, alchimiques peuvent décliner une interprétation de la création du monde, mais on peux résumé en 1,2,3 partez! et la grande course recommence...
La dualité, c'est la vie, mais ce n'est pas un vrai duel, c'est une complémentarité qui sert à l'évolution naturelle... et par séparation, j'entends aussi ouverture.
L'homme uni à la femme formant l'enfant du monde... Le FEU - l'homme debout dans l'infini, signifié par une barre verticale rouge, c'est un Iod, l'esprit mâle, le principe créateur actif. Dieu en soi, le Bien, il correspond au signe du Phallus, ou du Sceptre du Tarot et la colonne Iakin du Temple de Salomon - en alchimie c'est le souffre. iod principe de toute chose.
I  (iod): signe de la manifestation potentielle et de l'éternité (+) les deux racines nécessaires à toutes vie..
: substance passive : principe producteur féminin, l'âme universelle plastique, la vivante psyché, la potentialité du mal, figuré par le ctéis la coupe des libations du Tarot et la colonne Boaz (en alchimie, c'est le Mercure).
EAU - femme couchée, la barre bleue horizontale (--) maturant (passif) et le Feu (I) principe (actif) = T : arbre (homme). La limite (--) + (I) = T ou +
Vaf ou Vau : l'union féconde de deux principes, la copulation divine, l'éternel devenir représenté par le Lingham, le caducée et l'Epée du Tarot Azoth des Sages.
: fécondité de la nature ultime de la pensée dans les formes, le sicle du Tarot (c'est le sel) cette dernière lettre associée à l'idée de Dieu celle de l'univers, comme finalité, aussi le tétragramme IEVE (Iod-Hévé) / Iod Hé Vau Hé... Iévé, la vie...
Le Capricorne est présent sous la forme de la chèvre-poisson, Suhuru Inzu, qui marque le début de cette période. La plate forme, c'est le monde symbolique, le grand échiquier de la vie, qui plane dans le vide. Tous ces éléments symboliques viennent de livres, je n'ai rien inventé, j'interpréte mes lectures sur ce tableau, qui j'espère ouvrira l'esprit sur l'imaginaire de chacun.

Voici en continuité d'autres rapprochements toujours puisés dans certains livres. Scorpion : Min pieu vertical surmonté d'un dard à deux pointes (il fait lever le Soleil et arrache l'eau douce Apsù à Tiamat restituant à la Déesse de l'Eau son caractère terrestre et au souverain son éclat). Le scorpion sera remplacé par Seth, le serpent, le jour et la nuit (parole double). La spirale symbole de la vie... Deux spirales opposées formant des cornes, ressemblant beaucoup au symbole du bélier... Le fameux Kneph, serpent volant à tête d'épervier et cornes de bélier... Toujours le T dont les branches ou bras montrant deux directions opposées. Cela me fait penser a la lettre Y qui serait inversé, symbole abstrait du Qui? / Quoi? : Où? / Comment? / Pourquoi? / Parce que? - KI : infini. A l'origine le Non-ÊTRE,  Ki, qui a donné naissance à l'ÊTRE, la  Limite, le T'AIKI qui se scinda en deux formant disons plutôt donnant naissance au Yin et Yang qui engendrèrent les 10 000 formes de l'Univers.  Y : coupe contenant de l'eau... Neptune (Don) et son Trident...

Tenant leurs conceptions religieuses des Uighurs, leurs ancêtres du côté paternel les chinois ont remplacé le triangle par la figure Y au temps de Confucius. Il l'appelaient le "Grand Terme", "Grand Uni", "Grand Y", il n'a ni corps, ni forme, tout se qui possède un corps et une forme a été fait par celui qui n'a pas de forme. Le Grand Terme est composé de Trois, tout comme le "Grand Uni" - UN est TROIS et TROIS est UN... Y (chinois) Y-KING / IOD (hébraïque) / I de Ishwa (sanscrit).  Croix de vie ou Arbre de vie qui rejoint les extrêmes, le haut et le bas, l'invisible et le visible. A vrai dire, je n'ai rien à prouver, je ne connais rien, je cherche c'est tout, éternel étudiant devant les connaissances du monde, chaque jour, si je m'y attarde, j'apprends ou plutôt je devine, je perçois quelque chose qui ressortira de moi plus tard dans l'inconscient pour apporter de nouvelles ondes créatrices, j'espère suivre le chemin de vérité, mais la vérité à long terme n'est que transformation. Illusion de la vie. D'esprit simple (dit compliqué) quelque chose me pousse dans cette recherche impossible et à force d'application, d'analyse, je magnifie mon oeuvre d'abord pour mon plaisir et celui de ceux qui apprécient la réalisation de mes tableaux, résultats de cette quête. La séparation des eaux primordiales d'avec l'eau douce, séparation des eaux du ciel d'avec les eaux de la terre... Bien des choses sont encore à dire, mais c'est à vous d'ouvrir livres et encyclopédies et c'est à vous de chercher votre vérité.

Posté par schmilblick à 19:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 octobre 2010

Pankhrist

IMG_0060Déchirement de l'être entre la lumière colorée et l'incarnation.
Il n'était qu'un errant dans l'éternité sombre du Néant, l'amour lui a redonné le désir et l'espérance de vivre, mais il s'est brûlé les ailes... d'Ange à Messager,il deviendra Lucifer, l'incarnation du mal pourtant, il était tout simplement amoureux, remodelant la nature divine pour le bonheur de l'humanité.
Tout ceci n'est que fusion alchimique, devenant l'histoire de l'Univers, depuis le Big-Bang jusqu'à aujourd'hui. Transformé par les uns et les autres à leur bon gré, devenant suivant les événements terrestres ou planétaires, Satan, Saturne, Diable et autres mauvais génies de l'Age d'Or, tout cela pour faire peur aux ignorants, ailleurs le bon-Diable restera le Messager céleste à l'exemple de Thôt en Egypte et sous d'autres noms, Mercure, Hermès sur toute la terre.
Plus tard, on se moquera des boiteux symboliques... qui deviendront entre autres, le juif errant, le foul du Tarot etc... Un homme un pied sur terre l'autre dans les airs...
Le mal existe vraiment et a toujours existé depuis que l'homme a décidé de tuer par stupidité un autre homme en accusant un mauvais génie de l'y avoir obligé...
On accuse aussi la femme symbole de la matière devenue chaire et prête à toutes les multiplications possibles, mais la matière est aussi divine que l'esprit, car elle-même est aussi vibration, elle est là pour enfanter le monde entier, pas d'esprit sans matière et pas de matière sans esprit.
Rien ne se détruit à l'infini, tout se transforme...

Posté par schmilblick à 14:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]

L'idée...

Id_eL'idée sans matière n'est rien dans notre monde matériel, elle reste une chose abstraite tant qu'elle n'est pas conçue, pourtant, elle est la base de toutes les inventions.
L'idée comme le Dieu de ma pensée, interdite aux profanes qui ne peuvent apprécier l'immensité de sa grandeur dans mon temple intérieur. Lorsque l'idée se fait chair, elle est encore pure et vierge comme la nature un peu brute, dénudée et prête à la joie de vivre dans cette existence de dualité entre ce qui est et ce qui n'est pas. Joyeux monde de la création pure.
Bien que profane moi-même par rapport à la pensée des autres, une forme d'osmose se produit souvent avec le monde entier, m'apportant au plus profond de moi joie et sensibilité créant un élan d'amour insaisissable l'idée... Je reçois joies et souffrance, au point le plus mystérieux de mon être, là au centre de...? entre réel et irréel, du côté coeur...
Avec l'inspiration et l'expiration, le coeur, le sang transporte dans tout le corps sa vibration de vie, ainsi le corps est en contact avec l'extérieur et l'intérieur des choses.
Cette existence prend forme d'une femme, je vais naître d'elle pour exprimer ma pensée, partager ma propre pensée avec d'autres dans la réalité, sans pour cela dire que c'est la seule véritable pensée vraie. La dualité est nécessaire, comme la vie et la mort, mais il faut considérer que la matière est vibration, comme l'esprit et qu'ils font corps, pas d'esprit sans matière et pas de matière sans esprit, l'homme dans son comportement devrait en tenir compte et arrêter de ce faire du mal, de ce rendre la vie toujours plus dur dans la compétition pour de faux progrès.

Posté par schmilblick à 15:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Solitude des Princes...

SoliPrincSeul dans la gloire, seul dans leur amour, fragile ou terrible guerrier, leur feu intérieur ne s'atténuera t-il qu'à leur mort?
Prince de sang, prince de guerre, n'avez-vous pas d'autres raison de vivre que de combattre pour cette maudite couronne dorée, pour des territoires dont vous n'apprécieraient jamais la beauté.
Champ de ruine, désolation, meurtre, soif d'or et d'argent, de conquêtes, de gloire pour en fin de compte ne gagner que la mort du guerrier.
L'amour vous fait donc si peur, cette princesse tant désirée, ne vous attire que pour ses titres de noblesses, forteresses et terres, ou pour le fils nouveau vaillant guerrier, qu'elle vous donnera par amour, élevé par vous seulement pour combattre...
Prince de fer rouge, n'avez-vous pas pitié de vos propres enfants, votre folie de gloire vous portera dans des abîmes de souffre où votre étincelle ne brillera que dans un immense bûcher.

Posté par schmilblick à 18:56 - Commentaires [1] - Permalien [#]

Le Jardinier de l'âme...

IMG_0030Des fleurs pour ma nuit, oui le jardinier de mon âme, c'est moi-même! C'est un peu chacun de nous qui se trouve être notre propre jardinier de la petite parcelle d'âme prêtée à l'occasion de la vie présente. Les autres vies (passé et futur) ne nous appartiennent plus, mais nous y sommes liés par l'humus matériel et spirituel.
A notre naissance nous prenons l'air, sortant des brumes de la germination matérielle, nous bénéficions de la fertilité de notre mère, la terre et puis l'esprit du générateur, chacun apportant bien sûr son lot de connaissance matérielle et spirituelle à l'état corporel et humain.
Notre esprit construit à partir de la manne familiale de nos lointains aïeux, il possède en plus sa parcelle d'âme à enrichir, au point de vue esprit de vie réel, ce n'est pas toujours très positif, plus nous sommes proches de la félicités, plus les épreuves sont difficiles. Plus nous réfléchissons, plus nous pensons, nous défrichons notre champ d'action, nous ne voulons pas vivre par habitude sur le modèle de nos parents, ou de nos grands-parents.
Nous possédons tous les moyens de réflexion possible, nous possédons un cerveau et nous faisons travailler nos méninges, c'est important. Il faut apprendre à vivre, à labourer son champ d'état d'esprit, on peut suivre les règles pratiques établies par la société, tout en imposant plus ou moins doucement ses nouvelles idées de vie, du moins pour soi-même...
L'humanité a profité de l'enseignement des anciens, mais peu à peu à voulue agrandir ses champs d'action, en laissant de côté le vrai sens de la vie, tout étant basé sur le monde matérialiste, l'humain se croît évolué dans son carcan de problème matériel et puis a t-il encore un esprit?
Un esprit pensant, il le croît, mais la vie par habitude dans la grande compétition mondiale, est comme le rouage d'une simple machine...
L'évasion d'une certaine jeunesse, c'est sortir de cette fausse réalité, en sortir par n'importe quel moyen, même à en mourir. Beaucoup de pièges pour cette jeunesse qui n'a plus le droit de bouger au quotidien. Les sectes et autres groupes les entraînent dans un dé-cervellement assuré, les drogues et autres prodiges de la science font mourir une belle jeunesse, l'amour est devenu mortel, des religions prônent la guerre?
A suivre... à vous d'assurer, je ne possède pas la solution, du moins pour vous. Un seul conseil, pensez... imaginez!

Posté par schmilblick à 21:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 octobre 2010

Sphinx

SphinxUne interprétation tout à fait personnelle du Sphinx, symboliquement il représente les quatre "Animaux de Sainteté", l'Aigle pour l'Air avec ses ailes, le Lion pour le Feu avec ses pattes avant, le Taureau pour la Terre avec ses flancs et pattes arrière et l'Ange pour l'Eau à face humaine.
Je vais décrire sommairement le tableau pour situer mon point de vue d'interprétation. Aux quatre coins se trouve la mystère de l'homme en haut à gauche, puis en bas à droite l'animal (serpent-vibration), en haut à droite le végétal et en bas à gauche le minéral (où repose symboliquement un dodécaèdre: Pierre philosophale).
En arrière plan, deux colonnes tronquées, l'une posée sur un socle de forme cubique, colonne où descend un serpent en torsade, supporte la Lune, l'autre colonne où le serpent monte en torsade supporte le Soleil, le socle en forme de boule est caché sur le tableau. Au loin une colonne torse devenant croix de vie d'où apparaissent quatre mains opposées en quatre direction, signe de la vie infini. C'est un protée, dieu marin, dieu d'Air, car soufflant dans sa trompe.
En haut au centre, c'est le Noùs ailé, l'âme du monde. Magnifique symbole que l'on retrouve dans toutes les mythologies du monde. Puis le Sphinx par lui-même (ou la Sphinge), ses ailes d'aigle sont devenues celles d'un papillon sortant de son cocon, ses ailes vibrent comme deux cobras noués en un inextricable noeud qui se noue et se dénoue indéfiniment.
Ses pattes l'une de Lion solaire et l'autre de Dame sauvage portant le diadème de Lune... Sa tête est celle d'un maître d'Egypte, puisqu'il a choisi ce lieu, mais il vient de partout et d'ailleurs... Il est multiple, bon et sage, mais son secret n'est pas livré ici. Il est le symbole universelle, détenant les clefs du mécanisme du monde et bien plus, à vous de découvrir sa vraie nature et son secret...

Posté par schmilblick à 13:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 décembre 2013

Le cheval de bois...

Oeuvres 14

PICT0097_2

C'était une période de ma vie de jeune homme de 22 ans, encore pleine de trouble de l'enfance sacrifié, d'une union trop jeune, de parents absents, d'une énergie mal contenue, de démarches folles, d'envies inassouvies et bien d'autres choses!?..

La maison du grand-père était vide de vie à présent, les rescapés étaient en vacances, père, mère et grand-père en Bretagne. Je venais souvent ici à l'Atelier de fortune avec un jeune peintre du centre culturel. Cet Atelier où nous avons perdu beaucoup de temps, abrutis par nos conceptions et convictions sur la vie, nous refaisions le monde à notre façon.Mais c'est nous qui étions enfermés et cela devenait malsain.

Un grand besoin d'ouverture surr l'extérieur, de grandes ballades dans la nature nous faisait quand même évoluer. Mais les habitudes aidant cela continua encore un long moment sans résultat à part ma participation aux expositions de peinture. De la création, il y en avait, malgré la perte de temps, lui était un copiste, très bon technicien, pourtant il n'en faisait qu'à sa tête d'être parfait, maniaque, la mésentente flottait.

Un soir de fatigue, la maison étant vide, je ne rentrais pas chez moi, ma femme et mes enfants étaient à la campagne chez ma belle-mère et puis de toute façon nous étions pas en bon rapport à cette époque. Donc je décidais de dormir dans la chambre familiale de mon enfance, dans le grand lit ds absents, le mien n'existant plus. Mon collègue lui dormait en bas sur la banquette de bois.

Dans la grande chambre, il y avait toujours le piano, la coiffeuse avec sa belle glace ornée, le cheval de bois, la cheminée qui ne servait plus depuis longtemps, à côté d'autres chambres sans porte pour que la chaleur d'enbas puisse se répandre partout en hiver. Enfin! là c'était l'été et je m'endors les yeux grands ouverts...

Je me rappelle de mon enfance, plus tard, reprenant conscience, j'ouvre les yeux à nouveau, il fait déjà grand jour, horrifié de mon état, je veux me lever d'un bond, mais je suis cloué au lit, le matelas ondule, les couvertures aussi et se reserrent sur moi, j'ai mal au coeur! Je veux crier, mais rien ne sort de ma bouche! Quelque chose me mordille les doigts de pieds, c'est le cheval de bois? Panique! Il fait nuit noire, je ne comprends plus rien, j'ai peur, comment a t-il traversé la chambre? J'ai un pied dans sa gueule et son oeil mauvais me fixe! J'étouffe, j'ai très peur! Impossible de me lever...

Puis je perds conscience! Trempé de sueur quelqu'un me secoue, c'est mon collègue, "réveilles-toi, tu cauchemardes" me dit-il! Je me lève enfin! le cheval est là au pied du lit! Raide comme un cheval de bois! incroyable, mais c'est une farce! non! Mon collègue me dit que j'ai hurlé comme un loup?

Pendant mon enfance, j'étais somnambule, est-ce moi qui est déplacé le cheval, ou mon collègue pendant mon sommeil, intrigué par mes gémissements, il serait monté et pour accentuer le mystère aurait approché le cheval, c'est ridicule, cela ne tient pas debout? Il n'était pas d'humeur à ce genre de plaisanterie. Alors que s'est-il passé? Le seul qui est déplacé le cheval, ce doit être moi, dans un état second. Mais en recopiant ce texte sur ordinateur, je pense au sort jeté sur la famille et la maison, alors, c'est encore une possibilité, car il s'en suivi bien des choses par la suite, mais ce n'était plus du rêve malheureusement...  texte de Patrick Blick.

Posté par schmilblick à 17:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Voyage astral...

C'était en appartement au Pont de Bezons, près de la Seine. Dans la salle à manger où je dormais par terre sur un duvet la fenêtre entre ouverte... Je n'étais pas seul, une femme que j'avais bien connu dormait sur la banquette du salon, nos relations amoureuses n'éxistaient plus depuis longtemps (1977) Dieu m'en garde... Pourtant j'étais heureux de cet instant de paix retrouvée.

Je m'étais endormi, le yeux fixant le plafond qui me paraissait très près, je l'éfleurais avec le bout de mon nez, étrange sensation, je fais un léger geste, puis plane à présent au-dessus de mon corps, puis mes yeux distinguent la forme qui dort sur la banquette, moment très fugitif d'émotion, un courant d'air m'entraîne vers la fenêtre, je panique, je voudrais lui parler, mais impossible, je me réveille dans une raideur atroce, comme si j'avais du mal à réintégrer mon corps, être en décallage avec celui-ci, puis je reprends tout à fait mes esprits et me réveille complètement normalement.

J'apprendrais par la suite que c'était mon corps astral qui s'était élevé au plafond et la peur de m'envoler par la fenêtre n'était pas fondée, le corps astral est relié au corps physique par une sorte de cordon ombilical et la sensation d'être à côté de ses pompes, c'est le fait d'avoir réintégré le corps physique trop vite et trop brusquement. J'ai essayé de nouveau ce genre de voyage, mais sans succès. Par contre, bien des matins, je suis à côté de mes pompes...

PICT0002_4

Posté par schmilblick à 22:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]