Au plus loin de mes voyages, rêveries et visions, Je n'ai jamais vraiment découvert de chose inhumaine à part une certaine période avant divorce, où j'avais avant de rentrer chez moi la vision de voir femme et enfants baignant dans leur sang, horrible, mais comme quoi on dramatise, ce n'était que de la tromperie et la séparation qui en résultera, mais c'était un message comme quoi on assassiner ma vie de famille et moi je devais être le coupable idéal.

D'autres scènes de rêve ce sont passées, certaines me marquant à vie, d'autres tellement incroyables... Des rêves se sont réalisés, mais peut-être, c'est tout simplement moi qui est rapproché la réalité de la fiction? Mais quand même!?.. La nuit porte conseil, ça j'en suis sûr!..

Je me suis vu, comme soldat sur un champ de bataille!?.. (vieux souvenirs d'Armée, mais pas de guerre)... puis dans une voiture civile blindée, genre Madmax

IMGP2765

et j'assitais à une scène de pillage, une famille se faisait dépouiller par des barbares (aujourd'hui, ce serait toujours possible!?)... une autre fois en sous-vêtement ridicule (1970) dans une grotte, seul rescapé, pourtant j'entendais femme et enfants, mais ne pouvais pas les voir!?... Un autre rêve plus romantique, promenade du soir, envoûté par une belle... mais se terminant dans la froideur et une porte de bois close, triste!..

Dans l'enfance beaucoup de rêves sexuels, la Dame blanche montant l'escalier en colimaçon...jamais je ne pouvais la suivre... sauf un jour à l'âge adulte... et ce rêve revint plusieurs fois dans le temps ou je faisais l'amour comme jamais dans les moments de tristesse...cela me sauva dans les derniers temps de désespoir les soirs de solitude (1978). Plusieurs soirs de suite avec arrêt du rêve et reprise le matin!?.. Quelle santé...

(1954 environ) rêve de flirte caché dans le hangar du fond, un peu honteux, avec toutes ces sensations palpables très agréables avec une femme, mais étonnante pour mon si jeune âge, ma seul copine était une poupée qui a bien souffert d'ailleurs... puis  plus tard avec une poupée bien vivante et de mon âge (1958)... mélange de vie antérieure dans les rêves d'un petit garçon, mélange de réalité et fiction.

Plus réaliste, mais toujours en rêve, c'était une sorte de méandres de bois, avec beaucoup de portes, un peu comme l'Atelier qui se trouve à l'heure actuelle ici devant chez moi construit de mes mains sans mystère, çà, c'est étonnant! l'endroit était un rêve, certainement un cauchemar au départ, poursuite, enfermé dans ce labyrinthe boisé comme perdu dans une forêt inextricable (1970)...

Je me suis perdu dans des endroits futuristes indescriptibles, j'ai mélangé rêve et réalité, visitant des endroits oubliés à en être malade, comme si j'avais dérangé les anciens occupants qui m'ont poursuivi au-delà de mes rêves, j'étais devenu un grand malade, toujours dans cet renfermement, ce tunnel à demi-conscient, le temps n'existe plus, le coup du sort revient sans cesse, mais rien ne se passera plus, j'ai brisé mon enfance, mon passé est devenu l'humus de ma vie, la transformation s'est effectuer, je ne regrette pas cette aventure sur deux plans, certainement avec plus de réflexion, mais en me disant quelques fois soyons fou!...

Ce tableau inspiré d'un survol de vie entre réalité et fiction.