Je vous emmène volontiers dans ce monde, il suffit de fermer les yeux, soit de m'écouter vous contez mes aventures, soit de voir vos propres fantômes (si vous en avez!?), mais il se peut que nous voyons les mêmes... Je ne suis pas adepte des tables tournantes, mais il m'est arrivé de faire l'expérience suivante, les mains bien à plat sur une table de bois et le ou la partenaire en face les mains bien à plat aussi, confortablement assis. Le bout des doigts se joignent à peine au centre et les deux personnes évoquent ce qu'elles voient les yeux fermés chacune leur tour ou ensemble...

Soit dans le noir ou avec une bougie... un enregistreur serait parfait, mais discret... Mais tout cela ne se commande pas, sinon cela devient une sorte de jeu de société, ce n'est que dans certains moments que la réalisation est sincère... (Comme le verre à l'envers, sa fonctionne)... Cela peut-être une psychanalyse personnelle, une détente, un laissez-aller reposant. Il suffit de s'asseoir les bras sur les jambes et puis fermer les yeux et attendre... voir des images, les voix ou mentalement des idées, des phrases apparaissent ou sont entendues dans votre tête. Le coeur bat tranquillement, vous risquez de vous endormir, repos compensateur... et à chacun ses rêves. Sans aucun recours d'aucune drogue ou autre!..

A vrai dire, je n'ai jamais rencontré de fantômes haineux, cauchemar avec ou sans monstres, suivant les événements de la journée, fatigue, stress, dispute ou joie. Le rêve reste un moyen de surmonter les problèmes de vie...

Par contre certains endroits sont malsains, malfaisants, c'est évident, il suffit d'être dans une position un peu délicate et tout se déclenche, visite d'endroits abandonnés, vide de vie, ceci est déjà une preuve, emménagement dans une maison ancienne, nouveauté et fatigue aidant, il suffit de quelques incidents pour que ce déclenche une psychose!.. mais pas que cela...

La mémoire d'un fait reste en place plus ou moins. Un suicide, un meurtre, un viol, un être emmuré laisse une empreinte invisible, mais détectable par certaines personnes hypersensibles, médiums ou affligées par trop de soucis sont plus réceptives. On s'en aperçoit souvent trop tard, c'est notre éducation objective qui se refuse à ces phénomènes... Mais quelques fois, on transporte avec nous nos propres angoisses et fantômes, il semblerait qu'il n'y ait pas d'endroits pour être vraiment tranquille et là, il faut vraiment prendre sur soi. Cette sensibilité ne doit pas être un handicap, mais un point fort si on sait  s'en servir avec esprit.

IMGP2764

L'imaginaire est un point fort de création tout en restant bien les pieds sur terre. Cette attirance vers les mystères n'a jamais affecté ma jeunesse, mon enfance au contraire s'est passée dans un monde merveilleux par rapport à la réalité un peu décevante, cela a développé des facultés inouïes en moi, je ne suis pas plus inventif que d'autres ni plus intelligent, mais je transforme les choses à mon aise, à ma guise. La peur idiote n'existe plus, elle devient précaution à prendre dans une nouvelle aventure, même cérébrale, on ne réagit plus de la même manière devant un fait inhabituel, on réfléchit, on pense, mais on ne panique pas. On analyse les faits curieux, le comportements bizarres, on cherche la cause de notre étonnement. L'imaginaire nous propulse en augmentant nos idées folles, mais souvent rejoint des vérités cachées depuis nos origines...

Lorsque l'on ne rêve plus, c'est plus que l'enfance qui est brisée, le monde des adultes suivant les normalisations de société est bien triste de comportement matérialiste avant tout, petit confort moral juste pour paraître ou passer inaperçu dans le groupe. Sinon à l'intérieur des gens, c'est vide. Ils leurs faut toujours plus, ils s'ennuient et emmerdent les autres par ce fait? Ils s'occupent un peu trop de ceux qui ne sont pas comme eux, ceux qui prennent des risques fous dans leur vie par bonheur de vivre vraiment.

A suivre... Patrick Blick